Conseils d'experts

Portrait de la jeune génération d'ingénieurs

Métiers qui recrutent Le 20 July 2012

Difficultés de recrutement, de fidélisation... La Génération Y, les 15-30 ans, cause bien des tracas aux recruteurs. Un phénomène générationnel qui se ressent également chez les ingénieurs selon la dernière étude de l'Observatoire des ingénieurs. La formation, l'évolution de carrière, l'intérêt et la variété des missions sont désormais leur priorité lorsqu'ils postulent dans une entreprise.

Portrait de la jeune génération d'ingénieurs

6 ingénieurs sur 10 ont moins de 30 ans, la relève est donc assurée. Au sein de cette tranche d'âge, 33,8% des ingénieurs disent avoir des attentes particulières vis-à-vis de l'entreprise. Un constat qui a de quoi effrayer les recruteurs, la Génération Y étant réputée pour être plus difficile à manager... Mais cette nouvelle génération d'ingénieurs a des attentes plutôt raisonnables et elle se montre moins contestataire que ses aînées. 

L'entreprise idéale pour les ingénieurs
La Génération Y considère une entreprise comme attractive lorsque celle-ci privilégie la formation de ses collaborateurs et ainsi l'évolution de carrière, ainsi que l'intérêt et la variété des missions. Selon les Ingénieurs et Scientifiques de France (CNISF), la génération Y est soucieuse de son avenir à titre personnel et d'améliorer sans cesse son employabilité. Elle n'est pas plus mobile que les générations précédentes et une part conséquente des jeunes ont (eu) un seul employeur voire deux. 

Des voies vers l'emploi différentes
Tout comme pour de nombreux autres corps de métiers, les méthodes de recherche d'emploi ont évolué pour les ingénieurs de la Génération Y. Annonces presse, forums et salons sont en perte de vitesse au profit des contacts directs employeurs/candidat ou chasseurs de tête/salarié en poste.
Selon l'Observatoire, les stages ou l'alternance (apprentissage) sont les chemins d'accès à l'emploi les plus efficaces sont les stages ou l'apprentissage (35%), les sites internet de recherche d'emploi (23%) suivis des réseaux d'écoles ou d'anciens élèves (18%), les organismes officiels comme Pôle Emploi (9%), les relations professionnels (8%) et dans une moindre mesure les proches ou la famille (5%). La génération Y n'a pas encore du tout investi les réseaux sociaux pour trouver un emploi (1%). 

Plus docile la Génération Y ?
L'Observatoire constate qu'en 15 ans, le désengagement syndical des ingénieurs s'est amplifié. Les syndicats ne fédèrent plus désormais que 2,5% d'ingénieurs de moins de 30 ans. Un constat valable pour l'ensemble de la société française.Cependant, si l'engagement des jeunes ingénieurs n'est plus syndical, ceux-ci se dirigent de plus en plus vers un engagement associatif et le bénévolat (14,5% en 2011). 
Autre constat de l'Observatoire, les jeunes ingénieurs apparaissent comme moins contestataires que leurs ainés. Pourtant réputé difficile à gérer et en conflit permanent avec la hiérarchie, la Génération Y semble sage à côté des plus de 30 ans, un peu plus nombreux à discuter les règles voire même à les inventer. 

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

Ces articles peuvent vous intéresser

Vous cherchez une formation ?

Demandes d'informations gratuites et sans engagement

Trouver

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus