Conseils d'experts

L'alternance, une arme anti-chômage qui peine à s'imposer

Etudes et diplômes Le 15 mai 2014

Ce jeudi 15 mai a lieu la quatrième édition de la "Fête de l'alternance", un événement qui vise à mettre à l'honneur ce dispositif de formation destiné aux jeunes.

L'alternance, une arme anti-chômage qui peine à s'imposer

Présentée comme une arme anti-chômage par le patronat et le gouvernement, l'alternance ne s'est jamais aussi mal portée. Selon les derniers chiffres de la Direction de l'animation et des études statistiques (DARES), les contrats de professionnalisation ont chuté de 15% au premier trimestre 2014 et les contrats d'apprentissage ont reculé de 7% par rapport à mars 2013. Des chiffres surprenants alors que l'alternance reste une des meilleures voies d'accès à l'emploi. En 2011, 83% des alternants de l'enseignement supérieur ont été recrutés et 58% d'entre eux ont signé un CDI contre 48% chez les non-alternants. Et les besoins sont là : dans l'ouvrage J'ai un métier !, Julien Millanvoye revient ainsi sur la pénurie de main d'oeuvre en France. Dans le BTP, 80.000 ouvriers sont recherchés, idem dans l'industrie, il manque 64.000 ouvriers agricoles ou encore 16.000 maraîchers et autant de jardiniers.
 

L’alternance, une arme efficace contre le chômage des jeunes

Des viviers d'emploi qui permettraient de résorber en partie le chômage en France. Le gouvernement y croit : en juillet dernier, François Hollande fixait un objectif de 500.000 jeunes en alternance à l'horizon 2017. Cette semaine, le Medef lançait également une campagne de communication pour promouvoir ces métiers pénuriques et ainsi lutter contre les 400.000 offres d'emplois non pourvues chaque année en France.

L'alternance, un dispositif méconnu 

Malgré ces chiffres et les bonnes intentions, comment expliquer le recul de l'alternance ? Première explication possible : en ces temps de crise, même en contrat d'alternance les entreprises rechignent à embaucher. A cela s'ajoutent d'autres facteurs dont l'image négative de ce système de formation. Selon un sondage réalisé par l'institut CSA, si 85% des personnes interrogées voient les dispositifs de l'alternance comme un bon moyen d'insérer les jeunes dans l'emploi, 63% jugent également que "les formations en apprentissage ont une mauvaise image". Pour près de 70% des sondés ces formations sont "surtout réservées aux métiers manuels" et elles "débouchent essentiellement sur des métiers faiblement rémunérés" (43%).

Redonner une image positive de l'alternance

Pour tordre le cou aux idées reçues, le Medef d'Ile-de-France organise aujourd'hui la quatrième édition de la "Fête de l'alternance". Une journée durant, les jeunes pourront aller à la rencontre des entreprises et éventuellement signer un des 12.000 contrats de professionnalisation ou d'apprentissage proposés par les partenaires de cette opération. L'occasion aussi de se renseigner sur les métiers et diplômes accessibles par alternance, de mieux connaître les contrats et rémunération en alternance mais aussi de bénéficier de conseils pour la rédaction de son CV par exemple.

L’apprentissage au-delà des clichés

 

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus