Conseils d'experts

Faut-il forcément faire une grande école ?

Etudes et diplômes Le 13 janvier 2016

La question est volontairement généraliste, mais beaucoup de jeunes sont amenés à se la poser au moment de passer leur Bac et après. Faut-il forcément tenter sa chance dans une grande école ? Suivre un cursus dans une école renommée ou prestigieuse, quitte à s‘endetter, est-il le sésame pour un emploi stable et bien rémunéré ? MaFormation tente de répondre à cette question.

Faut-il forcément faire une grande école ?

Avant de choisir l’option grandes écoles, il est nécessaire de savoir que prétendre à l’entrée dans ce type d’école - qu’elle soit de commerce, d’ingénieurs, d’architecture, d’arts, de mode, etc. – n’est pas à la portée de tous.

L’importance d’avoir « un bon dossier »

L’entrée dans une grande école se prépare en quelque sorte tout au long du parcours scolaire. Vos notes et votre niveau scolaire joueront en effet sur votre acceptation ou non dans telle ou telle école. Aussi, les notes obtenues au cours de vos années précédant le dépôt de votre dossier obtenues au lycée par exemple, sont très importantes.

C’est pourquoi pour se remettre à niveau et s’assurer d’avoir toutes les chances d’être accepté dans une grande école, beaucoup de jeunes optent pour une prépa (classe préparatoire). Celle-ci leur permet notamment de se préparer au concours d’entrée de grandes écoles. Généralement, l’intégration dans ce type d’école se fait à Bac+2 voire Bac+3.

Chères mais aux avantages multiples

Les grandes écoles sont certes onéreuses : une année d'étude en grande école privée coûte de 5000 à 9000 euros. Toutefois, les banques proposent des prêts avantageux aux étudiants et il existe des bourses d’aide au financement. Les prêts sont remboursables dès l’obtention d’un emploi après les études, ce qui se fait en général dans l’année qui suit l’obtention du diplôme pour un élève de ce type d’écoles. Le choix d’une grande école est par ailleurs ce qu’on appelle une « bonne affaire » financière, puisque le taux d’insertion des anciens élèves est très bon, 85,3% ont le statut cadre et le salaire annuel moyen est de 35 983 € en 2015 (37 499 € tous pays confondus).

> L’insertion des diplômes de grandes écoles en 2015

D’un autre côté, elles font bénéficier à leurs élèves de multiples avantages : encadrement et accompagnement, réseau d’anciens et bureau des étudiants (BDE) très actifs (soirées, voyages, évènements sportifs…), aide à l’insertion professionnelle avec un réseau d’entreprises partenaires, très bons taux d’insertion, grande qualité de l’enseignement, possibilité de faire ses études à l’étranger de manière très encadrée…

Un passeport pour l’emploi

Enfin, il faut reconnaître que la mention d’un cursus effectué au sein d’une grande école fait toujours son effet à la lecture du CV par un recruteur. Pour celui-ci, c’est l’assurance que le candidat a reçu une formation de qualité, qu’il a côtoyé le marché du travail, notamment à l’international.

Selon l’enquête 2015 de la Conférence des Grandes Ecoles, le taux d’insertion des anciens élèves est de 80,6% après 6 mois et de 92,7% 12 à 15 mois après la sortie d’école. 3 diplômés sur 4 sont en CDI, plus de 80% cadres… Autant dire que faire une grande école est un véritable sésame pour un emploi stable et bien rémunéré.

infographie_Enquête insertion2015

D’autres cursus mènent aussi à l‘emploi

Les diplômés d’université n’ont toutefois pas à rougir : un an et demi après le diplôme, plus de 80% des diplômés sont déjà en emploi. « Malgré le contexte économique difficile en 2015, l’insertion des jeunes diplômés à 30 mois a bien résisté, en particulier pour les diplômés de licence professionnelle (92%) et de Master Enseignement (97%) » selon la 6e enquête sur l'insertion professionnelle des diplômés de l'université. « Après 30 mois, les emplois occupés sont à plus de 90% des temps pleins. Ils sont d'un bon niveau : 85 % de cadres et professions intermédiaires pour les Masters, 68 % pour les Licences pro, 58% pour les D.U.T. Le salaire mensuel net médian des jeunes diplômés de Master à 30 mois à plein temps atteint 1 900 euros ». Certes, ils ne bénéficient sans doute pas du même accompagnement que les étudiants des grandes écoles pendant leurs études, ni même du réseau d’anciens et d’entreprises de l’école, mais leurs études ne leur ont quasiment rien coûté comparé à leurs homologues des grandes écoles.

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

Trouver votre formation bachelor

Licence Pro Aménagement paysager et urbanisme

avec Université Rennes 2 - Service Formation Continue
Rennes
Voir toutes les formations

Les formations associées à cet article

Ces articles peuvent vous intéresser

Vous cherchez une formation ?

Demandes d'informations gratuites et sans engagement

Trouver

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus