Conseils d'experts

Les universités françaises mal aimées des classements mondiaux

Etudes et diplômes Le 13 septembre 2012

Après le classement de Shanghai, c'est au tour du QS World University Rankings de faire la part belle aux facultés américaines. Sans surprise le MIT (Massachusetts Institute of Technology) se classe en tête alors que le premier établissement français ne se trouve qu'en 34e position. La faute, semble-t-il, aux restrictions appliquées aux étudiants non européens par le précédent gouvernement...

Les universités françaises mal aimées des classements mondiaux

Sorti fin août, le classement des universités de Shanghai 2012 avaient déjà quelque peu déprimé nos facultés françaises qui démarraient seulement à la 37e place avec l'université Paris-Sud. Critiqué, en particulier en Europe, ce palmarès est "accusé" de favoriser les universités anglo-saxonnes en détriment des autres, par un mode de calcul discutable (voir article). 
Ce sont pourtant ces classements qui donnent le "la" et sonnent le départ annuel de la course aux récompenses et à la reconnaissance entre les facs du monde. Le 9e "QS World University Rankings", édition 2012/2013, vient de sortir. Dans celui-ci encore, c'est à partir des trentièmes que l'on trouve la première fac française...

Seulement 2 françaises au Top 100
Au Top 5 du QS World University Rankings, on retrouve donc le MIT en première position, suivi de l'Université de Cambridge (UK), de Harvard (USA),  l'UCL (University College London) et d'Oxford (UK). L'ENS Paris (Ecole Normale Supérieure de Paris), est la première université française à apparaître dans ce Top 700 en se classant à la 34e place (-1 place par rapport à 2011). Elle est suivie par l'Ecole Polytechnique ParisTech en 41e place (-5 places), de l'Université Pierre et Marie Curie en 129e (-10 places) et de l'ENS Lyon (École Normale Supérieure de Lyon) en 153e (-20 places). 
En bref, quasiment toutes les universités françaises sont en recul... Seule l'université Paris Diderot gagne 4 places en remontant de la 238e à la 234e place ! L'ENS Paris et Paris Tech sont les deux seules universités françaises à figurer au Top 100. C'est donc un nouveau coup dur pour le paysage universitaire français. 
Maigre consolation : la France est finalement 4e au classement par pays, derrière les Etats-Unis (1er), le Royaume-Uni (2e) et l'Allemagne (3e). 

Réputation et internationalisation jugées
C'est à ce titre que les universités anglo-saxonnes figurent en bonne place. Pour le classement QS sont évalués : la réputation (académique et auprès des entreprises), le ratio entre les étudiants et les enseignants, le nombre de citations par enseignant-chercheur (dans des revues spécialisées), ainsi que l'aspect international, soit la proportion d'étudiants et d'enseignants étrangers.
Dommage que le critère des frais de scolarité ne soit pris en compte dans les classements, puisque les universités françaises comptent parmi les moins chères, bien loin des 40.000 dollars annuels (soit 31.000 Euros) du MIT, premier au classement QS. Une raison supplémentaire pour que l'Europe, voire la France, lancent leur propre classement.

Pourquoi ce recul des facs françaises ?
"Cette baisse de la performance des universités Françaises reflète l'intensité de la compétition internationale" précise Ben Sowter, Directeur des recherches QS, dans un communiqué. "Les scores moins élevés pour la réputation académique coïncide avec la réduction de la proportion enseignants étrangers/étudiants. Les universités françaises sont également derrière leurs rivales internationales de par les citations"
8 des 10 universités françaises sont en recul par rapport à 2011, la faute aux restrictions appliquées aux étudiants non européens par le précédent gouvernement en 2011. L'objectif de la nouvelle administration Hollande de lever ces restrictions et de remplacer la compétition par la coopération contribuera peut-être à mieux classer les universités françaises l'année prochaine.

Les classements d'universités existants (annuels ou non)
- Le classement de Shanghai (l'université Jiao Tong de Shanghai)
- Le QS World University Rankings (Times Higher Education)
- Le Ranking Web ou " Webometrics Ranking " (Cybermetrics Lab - Espagne)
- Global university ranking (classement russe - 430 universités)
- Mines ParisTech (classement français - nombre d'anciens parmi les dirigeants des 500 plus grandes entreprises mondiales)
- Scimago (Espagne - volume de publications scientifiques)
- Higher Education Evaluation and Accreditation Council of Taiwan (HEEACT) (basé sur 8 critères liés aux citations et publications)
- Leiden Ranking (Université de Leiden, Pays-Bas - articles & citations)

> Le QS World University Rankings est un classement annuel regroupant 700 universités du monde entier. Ce classement est basé sur quatre piliers, la recherche, l'enseignement, l'employabilité ainsi que l'internationalisation.

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus