Conseils d'experts

Malgré de forts taux d'abandon, les MOOC plaisent

Formation continue Le 14 février 2014

Cela paraît assez paradoxal et pourtant c'est la conclusion d'une enquête menée par l'Université d'Harvard et le Massachusetts Institute of Technology (MIT) : si 50% des étudiants inscrits abandonnent au bout d'une ou deux semaines, beaucoup en tirent malgré tout du profit. Explications.

Malgré de forts taux d'abandon, les MOOC plaisent

Les MOOC, Massive open online courses, sont à la mode. Toutes les universités souhaitent proposer le leur. Mais au-delà de l'engouement médiatique, ces cours en ligne massifs et ouverts à tous sont-ils réellement efficaces ? C'est la question posée par l'Université d'Harvard et le Massachusetts Institute of Technology (MIT). 

On savait déjà que seulement 4% des personnes qui démarrent un MOOC le finissent selon une étude menée par le département Education de l'Université de Pennsylvanie. 4% des élèves suivent également au moins la moitié du cours et plus de 50% ont au moins consulté une petite partie des leçons.
Sur les 17 MOOC étudiés par les professeurs d'Harvard et du MIT, toutes sortes de comportements ont été recensés : certains inscrits se sont investis dans chaque module proposé, certains ont seulement lu les textes, d'autres ont seulement visionné les vidéos, n'ont fait que les évaluations ou n'ont fait que résoudre les problèmes ... 

"L'expérimentation fait partie du processus d'apprentissage" explique Isaac Chang, professeur d'informatique au MIT. Les résultats suggèrent que sur plus de 840 000 élèves dans les 17 cours combinés, près des deux tiers ont obtenu au moins quelque chose de l'expérience. Un postulat défendu par Andrew Ho, professeur à Harvard et co-auteur de l'étude. Pour lui, se concentrer sur les taux d'achèvement est une erreur et limite ce qu'il est possible d'imaginer faire avec les MOOC. Apprendre plus ou suivre plus de cours qu'ils ne l'espéraient constituerait un meilleur critère de réussite selon lui.

Malgré les chiffres peu glorieux, Harvard et Le MIT insistent donc sur le fait que les MOOC fonctionnent. 

> A visionner sur le sujet : "Comprendre les MOOC en 60 secondes"

(Source : e-orientations, The Huffington post)

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus