Conseils d'experts

Le déficit de compétences, obstacle majeur à la croissance

Formation continue Le 07 juin 2013

Selon une étude mondiale de PwC, le déficit de compétences clés serait considéré comme le deuxième obstacle majeur à leur croissance économique pour 58% des dirigeants, après l'augmentation de la charge fiscale (63%). D'ailleurs, si 45% des entreprises prévoient d'augmenter leurs effectifs d'ici la fin 2013, beaucoup attendent des pouvoirs publics qu'ils mettent en oeuvre des mesures efficaces pour assurer une meilleure qualification de leurs collaborateurs.

Le déficit de compétences, obstacle majeur à la croissance

70% des dirigeants du monde entier sont actuellement engagés dans une démarche de réduction de coûts selon l'enquête PwC, en particulier dans les pays "développés". En Europe, c'est le cas pour 8 dirigeants sur 10. L'une des conséquences est que 23% des entreprises comptent réduire leurs effectifs en 2013 (et 40% en Europe de l'Ouest), et 28% n'envisagent ni de les réduire ni de les augmenter. Mais malgré la conjoncture, 45% comptent les augmenter, en particulier en Chine et en Inde. L'enquête menée par PwC auprès de 1300 dirigeants du monde entier se montre donc plutôt positive. 

Le déficit de formations dénoncé
Mais les entreprises qui continuent de recruter doivent faire face à un autre problème : trouver du personnel qualifié. Et face à cette problématique, elles n'hésitent pas à montrer du doigt leurs gouvernements respectifs. D'après l'étude, "selon plus de la moitié des dirigeants (57 %), la priorité des pouvoirs publics en 2013 devrait être de former et favoriser un personnel qualifié. En effet, seuls 15 % d'entre eux estiment que, jusqu'à présent, les pouvoirs publics ont mis en oeuvre des mesures efficaces pour la formation de personnes qualifiées." Mais c'est aussi aux dirigeants de faire connaître leurs besoins en matière de formation initiale...
Côté formation continue, les entreprises commencent à  investir dans leurs collaborateurs depuis un certain temps et 61% prévoient d'investir davantage dans les trois prochaines années, ce afin de maintenir l'employabilité de leurs collaborateurs et de leur permettre d'évoluer. "La formation professionnelle sera d'ailleurs l'un des grands chantiers sociaux de la France en 2013, dans le cadre de la conférence sociale et des projets de réforme à venir" selon Daniel Giffard-Bouvier, associé spécialiste du conseil RH chez PwC.

La gestion des talents et la mobilité au coeur des enjeux
La pénurie de compétences clés touche tous les pays, et notamment ceux qui connaissent actuellement un développement rapide, comme l'Afrique où 82% des dirigeants pensent que la disponibilité des talents est une préoccupation importante selon l'étude. D'ailleurs, 77% des dirigeants du monde interrogés prévoient de modifier leur stratégie en matière de gestion des talents au cours des 12 prochains mois et d'étendre leur vivier de leaders grâce à la mobilité internationale (à 61%). Un moyen comme un autre de dénicher de nouveaux talents. Mais se posera bientôt la question d'une pénurie au niveau mondial dans ce cas.

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus