Formation diplômante

Comment financer ses études ?

Formation diplômante Le 25 avril 2013

Suivre des études de nos jours n'est pas toujours facile, surtout sans soutien financier. Outre les frais d'inscription et de scolarité, il faut se nourrir, se loger, s'habiller, payer ses factures et bien-sûr sortir pour vivre pleinement sa vie d'étudiant. Voici donc un tour d'horizon des principaux modes de financements possibles.

Comment financer ses études ?

L'attribution des bourses d'études
Pour venir en aide aux étudiants et les accompagner dans leur cursus scolaire, l'Éducation Nationale et le CROUS proposent des bourses d'études. Cette bourse sur critères sociaux est attribuée aux moins de 28 ans sous certaines conditions comme le revenu des parents, le nombre d'enfants à leur charge ou l'éloignement du lieu d'études. Anne, 32 ans, diplômée d'un BTS Tourisme, explique "que sans cette bourse, il ne lui aurait pas été possible de continuer ses études". Interne,"ses parents ne pouvaient pas l'aider financièrement", souligne-t-elle. Toutefois, pour bénéficier de cette bourse, l'étudiant doit être inscrit en formation initiale dans un établissement habilité à recevoir des boursiers : établissement public comme une université, une école d'ingénieurs ou un lycée public ou privé sous contrat d'association avec l'Etat pour les classes de prépa ou STS...
A noter qu'il est impératif de remplir très rapidement un DSE (Dossier Social Etudiant) en ligne sur le site du Cnous. La demande se fait du 15 janvier au 30 avril, pour la rentrée universitaire suivante, et ce chaque année, car la bourse n'est pas reconduite automatiquement. Une fois le dossier retenu, le barème est fixé et l'étudiant reçoit sa bourse mensuelle. Ensuite il faut "apprendre à gérer son budget chaque mois" selon Anne.

Les aides complémentaires
Outre la bourse sur critères sociaux, il existe aussi des aides complémentaires. Parmi elles, l'aide au mérite qui récompense aussi bien les étudiants boursiers ayant réussi leur Bac avec une mention "Très bien" que les meilleurs diplômés de Licence. Mise en place en 2008 par Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, le montant de cette aide s'élève aujourd'hui à 1800 euros. L'aide à la mobilité, strictement réservée aux étudiants qui font leurs études supérieures à l'étranger ou l'aide d'urgence, destinée à des étudiants en situation de détresse ou en rupture avec leurs parents.
De nombreux organismes favorisent également l'accompagnement des jeunes au niveau financier comme les Caisses d'Allocations Familiales pour l'aide au logement. Une aide précieuse pour ceux qui étudient loin de chez eux et qui n'ont "pas d'autres choix que de se loger sur place", admet Céline, 28 ans, diplômée d'état de conseillère en économie sociale et familiale. Certaines collectivités territoriales ou ministères (travail, santé, culture, agriculture, etc) octroient elles aussi des aides destinées aux étudiants qui suivent des formations bien spécifiques d'éducateurs spécialisés ou d'assistantes sociales, ou en écoles de kiné...

Le prêt étudiant, comment ça marche ?
Ce crédit à la consommation est accordé à un étudiant pour financer ses études et en particulier ses frais de scolarité, son logement, un ordinateur, une voiture, etc. Principal avantage : son faible taux d'intérêt compris entre 2,90 et 4,50% en moyenne. Garanti par l'état, il est accessible aux étudiants de moins de 28 ans et de nationalité française ou ressortissants de l'Union européenne. Pour en bénéficier, il faut être inscrit dans un établissement en vue de la préparation d'un concours ou d'un diplôme de l'enseignement supérieur : université, école, lycée (BTS), IUT (DUT)... Le montant d'emprunt garanti par l'Etat est de 15000 euros. Il ne fait l'objet d'aucune condition de ressources ni de caution parentale ou d'un tiers. Toutefois, les formalités et le montant peuvent varier selon la banque. En effet, elle tient compte du projet professionnel de l'étudiant, de sa filière et de son niveau d'étude. La banque peut prêter davantage si on s'oriente vers une grande école plutôt que l'université ou vers un master plutôt qu'une première année de licence. C'est le cas d'Adrien, 28 ans, étudiant en école de commerce, qui pour financer ses études, a eu recours à un prêt étudiant. Prêt pour lequel "une personne avec des revenus suffisants devait se porter garante" explique-t-il. En ce qui concerne le remboursement, il peut être différé de 10 ans à partir de la date du 1er versement, avec une franchise partielle ou totale selon les termes du contrat. Adrien, lui, a opté pour un remboursement "en différé, 6 mois après la fin de l'école". A savoir qu'en cas de remboursement anticipé, il n'y a pas de pénalités.

Un travail et des bons plans
Petits boulots, jobs d'été ou après les cours, beaucoup d'astuces possibles pour faciliter sa vie étudiante, que ce soit par nécessité ou pour être plus à l'aise financièrement. Céline, diplômée d'un DE de conseillère ESF n'a pas eu le choix pour faire face à toutes ses dépenses : elle a dû travailler comme surveillante, deux nuits par semaine : "ce poste m'a non seulement apporté un revenu complémentaire mais surtout une expérience professionnelle en étant au contact des jeunes, ce qui était en lien direct avec mes études". Cependant, attention de ne pas en faire trop car il peut être difficile de tout concilier. Comme l'explique Marion qui vient de valider un Master 2 en Marketing actuellement en recherche de son premier emploi : "j'ai vu beaucoup de jeunes dans mon cas qui enchaînaient 3 heures de travail le matin et une après-midi de cours puis travaillaient à nouveau le soir. Le rythme est trop dur à suivre et beaucoup lâchent les cours très vite". Parfois, quand le cursus ne laisse pas de place à un emploi en parallèle, un job d'été peut alors être la solution.
Et pour les petites économies en cours d'année, les débrouillards ne manquent pas d'idées. Co-voiturage pour se déplacer, colocation pour payer moins cher de loyer, friperies ou échanges de vêtements pour s'habiller, achats de nourriture en groupe pour manger... Avec le système D, on apprend vite à gérer son budget avec peu de moyen.

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus