Formation diplômante

Réforme de l'Enseignement supérieur : ce qui va changer

Formation diplômante Le 22 mars 2013

La ministre de l'Enseignement supérieur Geneviève Fioraso présentait le mercredi 20 mars dernier, son projet de loi en conseil des ministres, projet qui sera ensuite examiné à l'Assemblée nationale le 27 mai 2013. De l'orientation à la simplification des diplômes, la réforme vise à améliorer la réussite des étudiants et relancer l'ascenseur social.

L'enjeu de cette réforme, comme le précise Geneviève Fioraso, se résume en 3 thèmes essentiels "la réussite de tous les étudiants, une ambition pour la recherche et la révision concernant la gouvernance des universités". Depuis une dizaine d'années, le nombre de jeunes diplômés diminue, l'offre de formation est devenue illisible et l'accès aux études supérieures pour les milieux modestes est parfois jugée difficile. La ministre de l'Enseignement supérieur souhaite se pencher sur certains points essentiels qui pourraient être favorables à la réussite des étudiants.

Une simplification des diplômes
Il existe actuellement en France plus de 5800 intitulés de diplômes universitaires et si on y ajoute les écoles de commerce et d'ingénieurs, on approche maintenant les 10.000 masters. Au départ, c'était par volonté de précision, mais aujourd'hui toutes ces spécialisations embrouillent les recruteurs et pénalisent les étudiants au moment de faire leurs choix d'orientation. La ministre, qui souhaite réduire ce nombre à 400, propose donc de supprimer toutes ces spécialisations pour clarifier l'offre universitaire et faciliter l'orientation. Autrement dit, pour des intitulés plus lisibles en fac, la loi projette d'établir une nomenclature nationale des diplômes qui sera présentée aux universités.

Un rapprochement entre les facs et les lycées
Pour un lycéen, le passage du lycée à l'université est souvent difficile. En effet, le décalage entre la terminale et la première année de fac est parfois brutal : plus d'autonomie, des cours en amphi, etc. Et les lycéens n'y sont pas toujours préparés. La loi prévoit ainsi d'imposer des rencontres entre le secondaire et le supérieur en organisant des visites de facultés ou en faisant venir au lycée des représentants de différentes filières. Une méthode qui permettra d'éclairer les élèves du lycée sur leur future orientation professionnelle.

Réduire l'échec à l'université
Nombreux sont les titulaires de Baccalauréats professionnels et technologiques qui échouent à la fac. En effet, faute d'être accueillis dans les filières STS et IUT initialement conçues pour eux, ils s'orientent vers l'université. Or, leur taux de réussite en licence n'est que de 4,6 % contre 54,5% dans leur filière. La loi prévoit donc d'instaurer des proportions minimales dans les effectifs des filières STS et IUT afin qu'ils soient prioritaires là où ils ont plus de chances de réussir.
L'autre enjeu important pour limiter l'échec en licence, c'est de faciliter les réorientations lors des trois premières années de fac. Pour cela, les universités devront mettre en place une "spécialisation progressive " pour les étudiants, ce qui leur permettra de choisir facilement une autre filière en troisième année, sans redoubler, s'ils changent d'avis sur leur orientation.

Le décloisonnement comme outil de changement
Afin de faciliter la communication, la ministre de l'Enseignement supérieur souhaite créer des "ensembles", autrement dit des entités territoriales à qui l'Etat s'adressera et versera ses dotations qui seront ensuite redistribuées aux établissements. Une trentaine "d'ensembles" est prévue avec trois formules possibles plus ou moins engageantes. Ces entités regrouperont donc les universités, les grandes écoles de commerce et d'ingénieurs et les centres de recherche d'un même territoire et devront ainsi coordonner l'offre de formation et la stratégie de recherche.

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus