Dispositifs et démarches

"Le CPF n'apporte pas la même souplesse que le DIF"

CPF Le 30 juillet 2014

La réforme de la formation professionnelle du 5 mars 2014 et l'instauration du Compte Personnel de Formation au 1 janvier 2015 laisse les salariés comme les centres de formation perplexes. De nombreux points restant à éclaircir et la promesse d'une simplification des démarches est loin d'être tenue. Décryptage avec Sophie Bolloré, Président-Directeur Général de Docendi.

"Le CPF n'apporte pas la même souplesse que le DIF"

Selon vous, "le CPF n'apporte pas la même souplesse que le DIF quant au choix de la formation", que voulez dire ?

Il faut d'abord éclaircir un point : j'entends dire que le DIF est remplacé par le CPF, mais ce n'est pas si simple. Le CPF fait suite au DIF mais ce sont deux dispositifs très différents qui ont chacun des avantages et des inconvénients.

Le CPF est moins souple en termes de choix de la formation. Avec le DIF, pratiquement toutes les formations étaient "diffables". Elles se faisaient sur le temps de travail pour la plupart et tous les frais étaient pris en charge. Cependant, la difficulté était d'avoir l'accord de l'employeur.

Le CPF quant à lui n'est utilisable que pour des formations qualifiantes et hors temps de travail, ou pour des formations pendant le temps de travail correspondant à un socle de connaissances et de compétences prédéfinies, figurant sur la liste des " formations éligibles au titre du CPF ". Nous attendons donc impatiemment la publication de ce décret le 11 juillet 2014 pour savoir quelles seront les formations éligibles figurant sur ce fameux socle de connaissances et de compétences.

Comment savoir si la formation que je souhaite suivre figure sur la liste des formations éligibles au CPF ?

D'une part, il y a 3 listes des formations certifiantes et qualifiantes établies respectivement par la branche professionnelle, par la région et au niveau national. D'autre part, il y a la liste des formations comprises dans le socle de connaissances et de compétences que l'on ne connaît pas encore et qui doit être rendu public lors du décret du 11 juillet.

Logiquement, il ne devrait pas avoir beaucoup de formations sur la liste du socle car le CPF est un droit opposable à l'employeur : si la formation fait partie du socle et que le nombre d'heures disponibles est suffisant, l'employeur ne pourra pas la refuser. Le choix de la formation serait donc beaucoup plus réduit.

Ce que l'on sait déjà  est que les formations qualifiantes se feront hors temps de travail (HTT) sauf accords de branches ou d'entreprise et les formations du socle de connaissances et de compétences se feront obligatoirement sur le temps de travail. C'est une véritable différence avec le DIF.

Le but de la réforme, former les publics prioritaires qui étaient le moins formés finalement, semble atteint malgré tout...

Certainement, c'est une bonne mesure pour les personnes peu qualifiées et les demandeurs d'emploi. On peut néanmoins craindre un transfert des fonds de formation vers les demandeurs d'emploi au détriment des salariés des entreprises. Pour monter en qualification, les salariés auront plus intérêt à suivre un CIF car la formation sera d'une durée plus importante, mieux prise en charge et la rémunération maintenue. La réforme n'a d'ailleurs pas " touché " au Congé Individuel de Formation et prévoit même des financements supplémentaires pour le CIF.

Mais le CIF n'est pas toujours accepté alors que rappelons le, le CPF est un droit opposable à l'employeur. Encore faut-il que le salarié accepte de faire une formation de 150 heures hors temps de travail !

Avec l'arrivée du CPF, toutes les entreprises, notamment les PME, vont-elles (enfin) prendre en mains la montée en compétences de leurs salariés ?

Le CPF est la mesure phare de la réforme mais le grand bouleversement réside dans la suppression de l'obligation fiscale. Il n'y a plus d'obligation de "dépenser" mais l'obligation de former.

L'entreprise n'aura d'autres choix que de prendre en main son rôle sociétal : développer les compétences et maintenir l'employabilité de ses salariés. Mais toutes les entreprises n'ont pas les ressources humaines et financières pour assurer ce rôle. Il y aura des différences entre les grandes entreprises et les entreprises de moindre taille. Le problème va surtout se poser dans les sociétés de 50 à 300 salariés, qui n'ont pas les aides des OPCA dont bénéficient les petites entreprises et n'ont pas les moyens des grandes entreprises déjà habituées à l'exercice.

Qu'y a-t-il de positif dans la réforme et que lui manque-t-il selon vous ?

Sur le fond, je pense que  l'abandon de l'obligation fiscale est une très bonne mesure. Faire de la formation une contrainte pour les entreprises était très dommageable car beaucoup oubliaient que la formation est au service de la compétitivité et de la performance des entreprises.

Responsabiliser les entreprises dans le maintien de l'employabilité et le développement d'une politique formation au service de la stratégie de l'entreprise est impératif. La loi vise à également à élever le niveau de qualification, c'est aussi un aspect positif pour l'emploi à terme.

Cependant, les mentalités mettront un certain temps à changer et il est à craindre, la crise aidant, que l'effort de formation ne soit pas aussi important pendant quelques années, surtout chez PME.

Pour conclure, vers qui devra se tourner le salarié pour se former au 1er janvier 2015 ?

Pour le CPF, auprès des instances désignées qui devront réunir une équipe de conseillers en nombre et aptes à orienter chacun vers le bon parcours professionnel. : Pôle emploi, Missions locales, CAP emploi et opérateurs régionaux

Quoiqu'il en soit, le salarié devra dans tous les cas se tourner vers son OPCA pour financer son projet de formation au titre du CPF.

Pour toutes les autres formations qui sont incontournables et stratégiques pour l'entreprise, le nouvel entretien professionnel obligatoire tous les 2 ans sera le moment privilégié pour envisager le développement de ses compétences et favoriser son employabilité.

La formation est aujourd'hui un investissement, à l'entreprise de choisir les formations de qualité au service de sa performance.

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

Trouver votre formation CPF

Finançable avec le CPF

Finançable avec le CPF

Communication & leadership - éligible au CPF

avec Dale Carnegie Training
Saint-Laurent-du-Var

Finançable avec le CPF

Voir toutes les formations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus