Conseils d'experts

Un classement des villes d'Europe les plus cools

Etudes et diplômes Le 02 janvier 2012

Slate.fr a publié son propre classement des villes où il fait bon vivre en Europe. Parmi les critères retenus le coût de la bière ou encore la fréquence des transports en commun la nuit. Un classement qui détonne !

Exit Vienne. La capitale bourgeoise et endormie d'Autriche n'est pas première du classement des villes les plus cools d'Europe réalisé par le site d’information Slate.fr. Traditionnellement citée par l'étude Mercer des villes où il fait bon vivre, Vienne arrive en effet seulement 11ème dans le classement de Slate. Lisbonne est en tête, alors qu'elle n'arrive que 41ème dans l'étude du cabinet Mercer.
De fait, Slate a réalisé son propre classement, "celui des villes les plus cools pour étudier, qui ne sacre ni les principales capitales ni les villes habituellement en tête de ce genre de palmarès". L'auteur de ce nouveau classement a ainsi cherché le côté "cool" des villes : "parfaite pour les jeunes mais pas seulement, festive, où l'on peut se déplacer facilement, surtout la nuit, et enfin assez bon marché pour les logements, la nourriture et l'alcool". A noter que la législation sur le cannabis entre dans les variables qui ont permis de réaliser ce classement. Pour pallier les critiques, deux classements ont été réalisés avec cette méthodologie. Le premier attribue "un poids relativement proche (de 6 à 15%) à chaque critère, un second pondère un peu plus fortement une variable essentielle, le logement (20%)", précise Slate.

Les villes de l'Est à l'honneur
Sur les 24 capitales européennes retenues, plus Barcelone et Milan, le haut du podium est largement tenu par les pays de l'Est, à l'exception de Lisbonne, numéro une du premier classement. Mais suivent ensuite Bucarest, Prague, Vilnius et en cinquième position Varsovie. Paris arrive seulement en 20ème position.

Le second classement de Slate ne modifie que très légèrement le podium, même si Varsovie gagne ainsi quatre places pour s'asseoir sur la première."La réussite des villes de tête s'explique par des prix très abordables : se loger et se déplacer ne coûte pas grand-chose, la bière peut se boire en quantité sans se ruiner (la pinte coûte en moyenne moins de 2 euros à Varsovie) et sortir en club n'est pas cher", détaille Slate.

Des villes pour riches étudiants
Les étudiants Erasmus déserteront-ils bientôt Paris et Londres ? En tout cas leur mauvais classement (Londres est 13ème, Paris, 20ème) ne les rend pas attractives. Si toutes deux offrent des quartiers où faire la fête, le coût des logements, de la bière et des sorties en fait des villes pour "riches étudiants", selon Slate.

Bruxelles (19ème) est, elle, pénalisée par sa faible proportion d'étudiants (7,4%). Oslo (25ème), Stockholm (23ème), Copenhague (21ème) et Helsinki (18ème). Le coût de la vie explique en partie ces mauvais scores. Une autre explication tient à leur faible taux d'étudiants : seulement 2,8% à Helsinki et 5,7% à Stockholm. Quant aux endroits qui bougent, ils"ne sont pas nombreux (trois en moyenne)", révèle Slate.


 

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus