Formation diplômante

La France remonte légèrement dans les classements d'universités

Formation diplômante Le 11 septembre 2013

Après le célèbre "Ranking de Shanghaï", sorti en août dernier, c'est au tour 10e QS World University Rankings 2013/2014 de présenter son classement des plus grandes universités au monde. Malgré une légère remontée des facs françaises dans les classements, elles restent toujours loin derrière les concurrents américains ou britanniques.

La France remonte légèrement dans les classements d'universités

Comme chaque année, les critères de sélection des classements mondiaux mettent en avant les universités américaines et britanniques. Principalement axés sur la recherche et non la qualité de l'enseignement, les facs françaises ont parfois du mal à rivaliser. 

La France conserve son rang à Shanghai
L'université Jiao-Tong à Shanghai a de nouveau publié son classement annuel des meilleures universités au monde. Pour cette 10e édition, la France conserve son rang avec 20 établissements classés dans le top 500 dont 4 dans le top 100. Des résultats en légère progression par rapport à 2012, "ce qui est encourageant" selon Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Le premier établissement français étant l'Université Pierre et Marie Curie (Paris VI), classée à la 37e place (42e en 2012) suivi de Paris Sud (XI) à la 39e (37e en 2012), de l'Ecole normale supérieure (ENS-Ulm) à la 71e (73e en 2012). 

Une meilleure performance au QS 2013
Le QS World University Rankings 2013 vient de sortir, lui aussi. Cette année, il laisse paraitre une légère remontée des établissements tricolores. L'école normale supérieure (ENS), 28e, est l'établissement français le mieux placé dans le dernier classement. Il gagne six places par rapport à l'an passé. Et parmi les 10 premières institutions françaises, 7 maintiennent ou améliorent leur performance. Cependant, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne dominent toujours ce palmarès mondial avec en tête du tableau : Le MIT, Harvard et Cambridge. Selon Ben Sowter, en charge des recherches au sein du cabinet QS, les "mesures prises par les pays européens afin d'améliorer le standard international de leurs universités" et "l'augmentation des frais de scolarité dans de nombreux pays" ont joué en faveur de la France, qui de son côté est restée plus accessible aux étudiants.

Une tendance partagée en Europe
Après plusieurs années de résultats décevants, les classements montrent une nette amélioration de plusieurs grandes universités d'Europe continentale. 21 institutions sont dans le top 100 et 9 des tops 10 se maintiennent ou améliorent leur performance par rapport à 2012. La première institution étant ETH Zurich en Suisse (12e). EPFL, désormais dans le top 50, est l'établissement qui connait la plus importante progression (19ème place). ENS Paris se place ainsi 8ème en Europe derrière 6 institutions britanniques et 2 suisses. 

Les jeunes facs tricolores à la hauteur
Le classement mondial 2013 publié par le magazine Times Higher Education prouve lui aussi que l'enseignement supérieur français est à la hauteur face aux grandes universités américaines et britanniques. Depuis deux ans, le magasine évalue les universités mondiales de moins de 50 ans selon la qualité de l'enseignement, la recherche, l'innovation, l'internationalisation... Et cette année, parmi les plus cotées, sept facs françaises sont dans le top 100 mondiale. Un classement qui profite davantage aux Français et qui, selon Phil Baty, le rédacteur en chef du classement du Times Higher Education, "permet de remettre en cause les hiérarchies installées et d'inciter les anciennes universités à ne pas se contenter de s'asseoir sur leur réputation pour briller à l'international".

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus