Formation professionnelle

Après 10 ans d'existence, un bilan mitigé pour la VAE

Formation professionnelle Le 07 décembre 2012

Environ 30.000 diplômes et titres professionnels ont été délivrés en 2011 dans le cadre de la VAE, la Validation des Acquis de l'Expérience. Un chiffre stable selon la Dares. Mais les parcours de VAE sont souvent perçus comme trop longs et complexes par les candidats à la formation...

Après 10 ans d'existence, un bilan mitigé pour la VAE

La VAE célèbre ses 10 ans d'existence. L'occasion, pour le Ministère du travail, de faire le point sur les chiffres (source : Dares). Depuis 2007, le nombre de candidats certifiés oscille entre 28.000 et 32.000. Entre 2002 et 2011, 230.000 personnes ont fait reconnaître leur expérience via ce dispositif. 7 candidats sur 10 visent un titre ou un diplôme de niveau Bac ou CAP/BEP, et la majorité sont des femmes (74%) et des personnes en emploi (71%).

A quoi sert la VAE ?

La Validation des Acquis de l'Expérience permet au demandeur de sanctionner son expérience par un diplôme ou un titre professionnel acquis dans le cadre de son activité salariée, non salariée ou bénévole. Elle peut permettre d'augmenter les chances de trouver un emploi, de se présenter à un concours, d'évoluer professionnellement en faisant reconnaître son savoir-faire, d'avoir le niveau requis pour postuler à une formation ou le diplôme nécessaire à la création d'une entreprise.

Après 10 ans, les mêmes limites

Mais la VAE reste une voie d'accès marginale à la certification. Après 10 ans d'existence, le bilan est toujours le même pour le dispositif. Essentiel pour la sécurisation des parcours professionnels, il présente pourtant toujours les mêmes limites. Deux tiers des candidats ayant déposé un dossier abandonnent avant sa validation totale. Un phénomène dû à la durée jugée trop longue du parcours de formation, mais pas seulement.

Séquencé en de nombreuses étapes, le parcours de VAE semble complexe, et il est même comparé à un véritable parcours du combattant. En moyenne, environ deux années s'écoulent entre la prise d'informations et le passage devant le jury selon le Céreq. Une durée responsable de la démobilisation.

Un enchaînement d'étapes

D'autres facteurs moins visibles favorisent le renoncement des demandeurs. Huit étapes jalonnent en effet un parcours de VAE. Les enchaînements complexes entre ces étapes participent aussi à la démotivation. Le candidat est accompagné mais " sans réelle continuité " selon le Céreq et se retrouve souvent seul au moment de rédiger et présenter son dossier. De plus, difficile de trouver la certification la plus adaptée à son expérience et à son projet professionnel tant les certifications abondent. Ainsi, la difficulté à s'orienter provoque déjà de nombreux abandons.

Réduire la durée et mieux accompagner

Raccourcir certains délais participerait donc sans doute à rendre le dispositif plus attractif, moins complexe et éviterait un trop grand nombre d'abandons. L'évaluation d'un contrat d'objectifs et de moyens (COM) sur la VAE en région Bretagne souligne la pertinence d'un accompagnement globale mieux articulé, depuis la prise d'informations sur les certifications existantes jusqu'à la période post-jury en passant par la rédaction du projet (mise en avant des compétences, capacité à expliciter son savoir-faire mis en oeuvre au travail...).  La mise en place d'un outil statistique afin de suivre les candidats à la VAE cinq ans après leur passage devant le jury est d'ailleurs plébiscitée par le Ceréq.

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

Ces articles peuvent vous intéresser

Vous cherchez une formation ?

Demandes d'informations gratuites et sans engagement

Trouver

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus