Conseils d'experts

Santé social : les métiers porteurs

Conseils d'experts Le 20 février 2014

Depuis quelques années, le secteur de la santé et du social connaît une forte croissance. Le vieillissement de la population, l'évolution des modes de vie, l'exclusion sociale ou encore les départs en retraite ont un impact direct sur les recrutements dans ces secteurs. De nombreux choix de carrière s'offrent aux jeunes dans ce secteur. Le détail des métiers les plus porteurs.

Santé social : les métiers porteurs

I > Les métiers du social :

Dans les 10 années à venir, les métiers du social vont continuer d'évoluer. Entre l'allongement de la durée de vie, l'accroissement des aides sociales pour les personnes dans le besoin, le développement des services aux personnes et aux familles, le secteur aura évidemment besoin de main d'oeuvre.

  • Aide médico-psychologique (AMP) : au cours des 10 dernières années, la profession a connu une forte croissance. Dans les années à venir, les recrutements dans ce métier, en particulier en gérontologie, devraient continuer d'évoluer pour pallier aux besoins d'une population vieillissante qui représentera près de 30 % de la population totale. L'aide médico-psychologique accompagne au quotidien des enfants, des adolescents et des adultes handicapés. Il est amené à travailler dans différentes structures : maisons d'accueil spécialisé, centres d'hébergement et de réinsertion sociale, hôpitaux généraux ou psychiatriques, instituts médico-éducatifs, maisons de retraite...

  • Auxiliaire de vie sociale ou aide à domicile : Les métiers d'assistance aux personnes connaissent un accroissement important lié en partie aux départs en retraite. La vie active des familles rend la prise en charge des personnes âgées difficile ce qui nécessite un accompagnement quotidien. Aujourd'hui, plus de 550 000 aides à domiciles travaillent aux côtés de personnes âgées, invalides ou malades. Le métier d'aide à domicile n'exige pas de diplôme. Par contre, pour exercer le métier d'auxiliaire de vie sociale (AVS), il existe un diplôme d'État d'auxiliaire de vie sociale (DEAVS) La formation dure de 9 à 36 mois et comprend des stages pratiques. La majorité des postes sont proposés par des associations comme l'ADMR (Aide à Domicile en Milieu Rural) ou par les collectivités locales en CCAS (Centres Communaux d'Action Sociale).

  • Assistant(e) maternel(le) : En France, les besoins de garde d'enfants ne cessent de croître en raison du manque de place en crèches ou en halte-garderie. Le nombre de parents actifs à la recherche d'un(e) assistant(e) maternel(le) augmente en effet chaque année. L'assistant(e) maternel(le) est la personne qui accueille à son domicile les enfants âgés en général de 0 à 3 ans pendant que les parents travaillent. Pour exercer ce métier, il faut obtenir l'agrément du conseil général après évaluation par l'équipe de la PMI (Protection Maternelle Infantile). La formation est obligatoire sauf pour les titulaires du CAP petite enfance ou du diplôme d'État d'auxiliaire de puériculture.

II > Les métiers de la santé :

Le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé a publié en 2012 "une Campagne nationale de valorisation des métiers de la santé". Selon l'étude, le secteur de la santé recense aujourd'hui plus de 1,8 million de professionnels en France ce qui représente environ 6,58% de la population active. Les métiers dans ce secteur sont très diversifiés. Or, entre le vieillissement de la population et les nombreux départs en retraite prévus dans les années à venir, le secteur connait un manque de personnel dans certains métiers.

  • Le métier d'aide-soignant : l'Insee prévoit 35 000 aides-soignants à l'horizon 2020. L'aide-soignant exerce sous la responsabilité de l'infirmier. Il accompagne les patients dans leur quotidien aussi bien en milieu hospitalier que dans les structures médico-sociales (EHPAD - Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes), cliniques, instituts psychiatriques). Sa priorité est le bien-être des patients. Pour exercer dans ce métier, il faut être titulaire du Diplôme d'Etat d'Aide-Soignant (DEAS) de niveau V qui se prépare au sein des IFAS (instituts de formation des aides-soignants).

  • Le métier d'infirmier est très peu confronté au chômage. Ces 10 dernières années, le nombre de d'infirmiers a en effet augmenté de 34%. Mais Le manque d'effectifs pose toujours problème. L'infirmier exerce en milieu hospitalier ou en libéral, il est l'intermédiaire entre les patients et les médecins ou les chirurgiens. Pour exercer, il est nécessaire de suivre une formation de trois ans au sein d'un Institut de Formation de Soins Infirmiers (IFSI) afin d'obtenir le diplôme d'Etat d'Infirmier. Le concours d'entrée est obligatoire pour accéder à la formation.

  • Les métiers du paramédical : en France, un peu plus d'un million de personnes exercent une profession paramédicale. Ces métiers concernent les professions de santé qui contribuent au bien-être physique, mental et social des patients. Les professionnels du secteur peuvent aussi bien exercer dans les centres de rééducation que dans la fonction publique hospitalière et d'État, les maisons de retraite, les associations. Ce secteur englobe les métiers de la rééducation (masseur-kinésithérapeute, orthophonistes, ergothérapeutes, pédicure-podologue), les métiers de l'appareillage (opticien-lunetier, prothésiste, orthopédiste) et les métiers de soin (auxiliaire de puériculture, infirmier anesthésiste ou en psychiatrie). Pour y accéder, il est possible de suivre une prépa et de passer ensuite les concours.

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

Ces articles peuvent vous intéresser

Vous cherchez une formation ?

Demandes d'informations gratuites et sans engagement

Trouver

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus