Conseils d'experts

Le congé individuel de formation atteint ses objectifs

Reconversion Le 29 juillet 2011

La première enquête d'évaluation nationale du CIF sur "l'impact du congé individuel de formation" publiée le 28 juin dernier par le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) montre que le Congé Individuel de Formation (CIF) a atteint ses objectifs en termes notamment de mobilité professionnelle, d'employabilité et d'ascension sociale.

Le congé individuel de formation atteint ses objectifs

Depuis sa création en 1983, le Congé Individuel de Formation (CIF) a permis au réseau des FONGECIF de prendre en charge près d'un million de parcours individualisés de formation. Le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) a décidé de se pencher sur ses effets année par année, afin de savoir notamment ce que sont devenus les bénéficiaires de CIF un an après leur formation. Il en résulte que généralement, les parcours de formation sont longs et amènent à des qualifications professionnelles voire à des reconversions radicales.Mais surtout, que le CIF a atteint ses objectifs sur trois niveaux : la mobilité professionnelle, l'employabilité et l'ascension sociale des bénéficiaires, hommes comme femmes.

Le profil des bénéficiaires

Trois bénéficiaires du CIF sur cinq ont plus de 35 ans. Ainsi, les 35 à 40 ans sont les plus nombreux. La plupart des formés (28%) ont également un niveau IV équivalent au Bac ou au Brevet Professionnel ou un niveau V (BEP, CAP). Au final, 80% des bénéficiaires sont des ouvriers ou des employés et on constate une quasi-parité entre les hommes (52%) et les femmes (48%).


Une employabilité accrue
Pour le FPSPP, le CIF est "un puissant vecteur de changement professionnel". Ainsi, les personnes ayant bénéficié d'un CIF après un CDD ou en intérim accèdent plus facilement à un CDI un an après leur formation : 81% d'entre eux sont en emploi. Mais le CIF n'assure pas seulement de trouver un emploi stable, il permet également aux bénéficiaires d'évoluer. Un an après le CIF, ils ont changé de profession pour 75% d'entre eux, de responsabilités pour 73% d'entre eux, d'entreprise pour 68%d'entre eux, de secteur d'activité pour 64%d'entre eux et de catégorie socioprofessionnelle pour 63% d'entre eux.


Des salariés satisfaits
Et le niveau de satisfaction global sur la situation professionnelle un an après le CIF est très favorable avec 76% de satisfaction. Le dispositif fonctionne donc très bien, puisque 72% des formés occupent une fonction en lien avec la formation suivie un an après la fin du CIF. Comme l'explique l'enquête, "la quasi-totalité (98%) des bénéficiaires ayant suivi une formation comportant un examen s'y est présentée. Le taux de réussite élevé, très supérieur aux moyennes nationales, témoigne de l'engagement fort des salariés dans leur projet". Le CIF a donc de beaux jours devant lui.

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus